Ian Lu

Auprès de mon cep

Mons-la-Trivalle, Occitanie

Électron libre


Avez-vous déjà rencontré un technicien poète?

Vous présenter Ian Lu en quelques mots est un petit challenge, tant sa personnalité est complexe. Une chose est sûre, il est un personnage qui ne vous laisse pas indifférent. À la fois mystérieux et généreux. Instinctif et sensible. Captivant et attachant dès les premiers échanges.

Sa démarche s’appuie sur un apprentissage intellectuel remarquable. Il faut prendre le temps de l’écouter et de le regarder travailler pour saisir toute sa richesse intellectuelle. Et on resterait bien quelques jours supplémentaires chez lui pour parcourir sa bibliothèque!

Le Sud, du calme et de la fraîcheur

Ian s’est installé en 2013 au pied du massif du Caroux. Son petit coin de pays lui va bien. Il est tranquille.

Ian cultive à Colombières une parcelle de vieux Chardonnay (auxquels s’ajouteront bientôt des Colombard et de l’Ugni blanc) et trois terrasses de Grenache taillés en gobelet, pleines de charme, sur lesquelles il souhaite également complanter 150 pieds d’Aramon, un vieux cépage autochtone.

Un peu plus loin, à Mons La Trivalle, sont plantées ses Syrah.

 

Vignes de Ian Lu

Un sol vivant, une vigne en santé, des raisins de qualité

La méthode Ian Lu mise avant tout sur le travail du sol et des vignes.

Ses vignes poussent sur un terroir de schiste, ancrées dans un sol léger, sableux, oxydé et acide. Un sol qu’il a récupéré il y a quelques temps essoufflé, marqué par de nombreuses années de travail en chimie.

Alors depuis, il s’affaire à le nourrir et à le structurer. Recréer de la vie, trouver une dynamique et un équilibre, générer un sol qui garde l’eau et qui soit capable de nourrir les vignes.


« Je cherche à utiliser pleinement les fonctions nutritives du sol. Le nourrir pour qu’il puisse donner à la vigne tous les éléments dont elle a besoin. »


Pour intervenir au mieux et apporter au sol la matière dont il a besoin, Ian prend d’abord le temps de l’analyser, d’en comprendre la nature et le fonctionnement, en s’appuyant notamment sur les principes de la bio-électronique.

Son approche repose sur un travail du sol superficiel (c’est-à-dire en surface), juste suffisant pour l’aérer et lui apporter les éléments indispensables à la croissance des vignes :

  • Du calcium et du magnésium pour réduire son acidité et favoriser la pousse des engrais verts.
  • Du fumier frais pour lui apporter l’azote et la matière organique dont il a besoin.
  • Des oligo-éléments comme le cuivre, à très petite dose, pour nourrir la vigne.
  • Et des engrais verts : de l’avoine pour fixer l’azote, des pois, du plantain, du trèfle…

Donner au sol de la matière organique est essentiel car plus il y a de vivant dans un écosystème, mieux il se porte. Ian souhaite également amener de la diversité dans ses parcelles et introduire de la polyculture en plantant des arbres qui sauront stimuler la croissance de ses vignes.

 

Vignes - Auprès de mon cep de Ian Lu

Vins d'artisan

Le respect des millésimes prend ici tout son sens. Chaque année les cuvées sont uniques, élaborées selon les raisins que Ian a vendangés manuellement. Les vignes sont le reflet de leur sol et les vins sont le reflet de leurs raisins, de l’année et du climat.

Au chai, toutes les techniques de vinification peuvent être utilisées, dans les limites de l’artisanat : macération d'une nuit, d'un mois, foulés au pied ou en grappes entières...

Les vins de Ian sont finalement des jus frais, plutôt légers en alcool, dû aux belles amplitudes thermiques du piémont où ils naissent et à une viticulture très naturelle.